Le village de Lambusart

Je suis actuellement à la recherche de tous les anciens magasins à Lambusart. Si vous avez des informations, contactez moi via l'onglet "contactez-moi" ou par mail : sophie@lambusart.com

La poste :
1929 : sous perception : ce bureau fut longé dans de nombreux endroits différents, sur la route du Wainage, à la rue de la poste…
Le bureau de poste a été fermé en 2001.
Screen Shot 2018-01-22 at 14.58.04Screen Shot 2018-04-11 at 17.27.26
Capture d’écran 2021-01-24 à 17.34.44
Le téléphone :

En janvier 1913, sont raccordés au téléphone : (FR = zone de Fleurus, T = zone de Tamines)
FR 9: Baudhuin Frères
T9 : Charbonnage de Bonne Espérance, Pierart, directeur.
T14: Charbonnage du Petit-Try, F. Leborne, directeur.
FR8: Couronne A., coiffeur.

La maison du peuple

Elle a été fondée par la Société coopérative « L’économie ouvrière » de Wanfercée-Baulet, le bâtiment fut construit un peu avant 1915. Il comprenait au rez-de-chaussée un café, une salle à l’étage, un magasin d’alimentation qui sera transformé en habitation privée et un terrain de basket-ball dans la cour. La salle sera baptisée du nom de Jules Gossiaux. Celle-ci se situait au croisement de la rue du Wainage et de la Rue Duvivier.

Cette maison abritait diverses sociétés :

- « La lumière », société rationaliste, en voie de formation depuis 1888, elle ne sera formée définitivement qu’en 1904.
- Une société dramatique « EUREKA » sera fondée en 1923.
- En 1929, une équipe de basket-ball verra le jour.
- En 1912 sera créée une « Jeune arde Anticléricale » et enfin en avril 1948 ce sera la constitution d’une section de « Faucons rouge ».

Pendant très longtemps, la maison de Peuple a été tenue par Denis Praile et Mélanie Clamot.

La Maison du Peuple, au coin de la rue Duvivier (Aujourd'hui, transormée en appartements):

Capture d’écran 2021-01-24 à 17.19.09Capture d’écran 2021-01-24 à 17.19.20
Capture d’écran 2021-01-24 à 17.34.33Screen Shot 2018-01-22 at 14.57.21


Les cinémas à Lambusart

Il y a eu dans l’histoire de Lambusart deux cinémas : le premier, « La Renaissance » a commencé son activité dès le début des années 1930 et est exploité conjointement par Virgile Patris et Gustave Charlier (le père d'Antoine Charlier). Le cinéma se situait au numéro 2 de la rue de la Fraternelle. Le local sert de nos jours à abriter le salon communal de Lambusart. On y projetait des films muets.

Autour de 1937, après un désaccord entre les deux propriétaires, Gustave Charlier décide de gérer seul sa propre salle. Il construit rue Georges Delersy à coté du numéro 63 un nouveau cinéma, équipé pour les films parlants et l’appelle le « Royal ». Mr Charlier construisit le cinéma de ses propres mains, allant même jusqu'à fabriquer les blocs. Peu de temps après, « La Renaissance » est repris par Georges Mathieu qui le maintiendra en activité jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Il abandonne alors la salle de Lambusart pour ouvrir « Le Varia » à Wanfercée-Baulet, rue des Culées.

« Le Royal » a accueilli des spectateurs jusqu’en mai 1968 quand il finira sa carrière en projetant de « La prisonnière du Désert » et « Robert et l’Omnibus ». Rue Georges Delersy, à droite du numéro 68, on peut toujours voir la salle « Royal ». Celle-ci a été amputée de local des projecteurs pour permettre le passage des camions de l’entreprise des fils Charlier, marchands de combustibles. Sur le pignon de ce bâtiment, on y voyait encore il y a quelques années les orifices permettant aux machines de projeter les films dans la salle.

Capture d’écran 2021-01-26 à 14.44.20Capture d’écran 2021-01-26 à 14.45.21
A gauche : Reste du cinéma "Royal", rue George Delersy et à droite les projecteurs utilisés en nos cinémas.


Commerces

Grandes surfaces : Mestdagh, ouvert en octobre 1976, devenu Champion en mai 1998 et Carrefour Market en 2013.

Matelart : ouverture du premier magasin de commerce en alimentation en 1954, la supérette s'ouvre en 1967 et est agrandie en 1979.

Screen Shot 2018-04-11 at 17.18.58


Delcorps, maison spécialisée dans le commerce de pièces détachées pour automobiles et autres véhicules s'installe à Lambusart en 1951, venant de Tamines, et puis occupe en 1976 des nouveaux locaux qu'elle a construits à Fleurus sur la chaussée de Charleroi dans le zoning.

Nombreux commerces: boucheries, menuiseries, négociants…

Ancienne salle de danse à l'étage chez Léopold Patris-Foret, rue de la Station, 172.