Le village de Lambusart

Les fermes

La ferme du seigneur

L'histoire de la ferme remonte à plusieurs siècles. En effet, celle-ci est mentionnée pour la première fois en 1587.

14 novembre 1597:
Lors du renouvellement du registre des droits du seigneur de Farciennes par la cour de justice, le seigneur était propriétaire de terrains (trois quartiers un Monnier et trois mesures) sur Lambusart, dont il touchait les revenus à la mi-mai, revenus qu'il n'avait en 1517 lors du registre précédent et qui se montaient à 10 potards, 6 deniers.

On trouva différents locataires:
1667: Jean Re(u)n(n)otte
1673: Hubert Mayscocq
1678: Georges Re(u)n(n)otte
1738: Charles Gilson, époux d'Anne Pierard

En 1703, le bailli fit imprimer chez le libraire Bonnet à Namur des affiches pour annoncer que cette ferme serait remise en arrangement, sa reconstruction terminée. Elle porte depuis le nom de "ferme brûlée".

"La ferme du seigneur" ou dit autrement "Ferme du Duc d'Arenberg" ou encore "Ferme brûlée" se situe au coin de la Rue Marquebreucq. Vers 1900, la vieille ferme appartenait alors au duc d'Arenberg. La vieille grange a été remplacée en 1994 par une construction plus moderne suite à une incendie. L'arrière grand-père de l'exploitant actuel, Yohan Hoornaert, Achille, acheta la ferme en 1952 à Cyril Patris qui exploitait depuis 1945 une autre petite ferme à Lambusart et était marchand de lait et de charbon. La ferme a une entrée sur deux rues: la rue Danvoie où se trouvait autrefois une petite chapelle accolée du 19ème siècle, dédiée à Saint-Anne.
Au XIXème siècle, Napoléon en personne vint dormir dans la grange de celle-ci.
Aujourd'hui, la ferme vend des produits de leur élevage.


Screen Shot 2018-04-11 at 17.22.13Screen Shot 2018-04-11 at 17.19.30

La ferme de la Baraque

Cette ferme est située au coin de la rue Fleurjoux et de la rue Albert 1er et a été exploitée jusqu’en 1994. Dans le temps, il y avait une biscuiterie artisanale à destination du secteur Horeca.

Celle-ci a été plusieurs fois reconstruite. La grange est datée de 1789. Le grand corps de logis sablé daterait du début 19ème siècle, d’où l’appellation par certains de « Nouvelle Baraque ». L’ensemble forme un harmonieux quadrilatère qui mérite le détour.

La ferme Posson
Elle fut acquise en 1665. En 1690 et 1691, le sieur Pierre Lambert Posson fait des passées de ses prairies à Lambusart. Elle reste la propriété de cette famille jusqu’au milieu de XIXème siècle.

La ferme Laloue
En 1708, Louis Becquevort est censier de la ferme Laloup.
En 1722, Charles Philippe Lalou, bailli de Farciennes, se sauve à Lambusart avec les papiers et l’argent de la communauté suite aux difficultés qu’il avait avec son seigneur. Il s’installe à Lambusart en la campagne qui porte son nom. C’est cette ferme qui deviendra la ferme Lefebvre au XIIXème siècle. Le 1er février 1769, cette ferme est louée au profit de Philippe Joseph Cormans et son épouse Marguerite Pieron.
Elle était située au carrefour de la rue Marquebreucq et de la rue Ernest Praile.

La ferme de Fleurjoux
Quoique non située sur Lambusart, elle y avait quelques terres et devait :
32 stiers et demi et 2 poignelons et demi d’épeautre aux communs pauvres
16 setiers d’épeautre aux marguilliers
2 muids d’épeautre, faisant 24 setiers, au curé
1/3 de 4 setiers de seigle indivisible avec M. Posson aux communs pauvres
10 sols au seigneur et 7 quartes 1/2 d’épeautre au seigneur :
7 sols 14 deniers en argent
5 sols 21 deniers aussi en argent
10 sols et 6 deniers pour autres cens en argent
1 setier et 3 quartes et demi en épeautre
40 sols et 14 deniers aussi en cens
2 chapons, 2 deniers forts, 10 sols et 6 deniers pour autres cens en argent
6 setiers et 3 quartes et demi en épeautre
Dès 1699, des contestations s’élèvent entre la commune de Fleurus et celle de Lambusart, au sujet de certains terrains que Lambusart prétendait faire entrer dans ses assiettes d’aides.

« Déport de ceux de Lambusart de comprendre désormais dans leurs assiettes d’aydes ceux de Fleurus qui ont héritages mouvants des Alloux du dit Fleurus à Fleurisoulx et alentours, tels que la prairie de Stohaye, et une autre adjacente possédée par Jean Houyoux de Fleurus et autre étant toujours entrées dans les aydes de Fleurus »

Le 15 mai 1699, Fleurus fait remise de sa requête à Lambusart.
Le 14 mai 1701, Lambusart somme Fleurus de s’exécuter. Mais les sommations furent tenues pour nulles.

Les limites entre Fleurus et Lambusart ont souvent fait l'objet de discussions. Plusieurs pièces de terre étaient partie sur l'une, partie sur l'autre.
Nous retrouvons également d’autres fermes au sein du village :

- La ferme Roisin : Située à la Rue Marquebreucq, 10. Elle cultive entre autre du mais et des betteraves sucrières. Elle produit également des produits laitiers ainsi que du beurre.
- La ferme de Philippe Vassart
- La ferme de J. Barbier (beau fils Foret).
- La ferme Patris, Rue Marquebreucq.